“Fais pas genre” – Mixité Femme-Homme – 2019-2020

Description de l’action : 

C’est dans le quotidien que se structurent les représentations séxuées et les rapports sociaux d’égalité ou de domination. Les recherches sociologiques démontrent que ce sont les stéréotypes qui, entre autres, contribuent à la production et au maintien des inégalités dans notre société.

Égalité, mixité, parité : ces trois termes désignent des principes et des objectifs à atteindre.

Les outils proposés par l’association Latitudes visent à susciter la réflexion pour faire évoluer les représentations de genre en faveur d’une justice sociale qui permette à chacun-e de trouver sa place et de s’émanciper. Il est donc important de sensibiliser des enfants et adolescents pour rompre ces inégalités et ces stéréotypes.. 

Objectifs : 

Favoriser une prise de conscience : 

– Des représentations de genre, de sexe et d’identité à échelle individuelle et collective ; de la dimension de reproduction sociale propre à ces représentations ;des conséquences de ces stéréotypes (harcèlement sexiste, inégalités salariales ou d’accès à l’emploi, dépendance…).

– Déclencher des questionnements et inciter à la prise de parole des élèves sur ces sujets ; créer les conditions d’une discussion contradictoire mais bienveillante afin de faire émerger des réflexions et des débats.

– Permettre à l’équipe pédagogique de se saisir de ces problématiques, de l’inscrire dans le parcours d’apprentissage de l’élève et de leur donner des outils pour les prendre en charge.

– Montrer / imaginer des alternatives pour que celles-ci entrent dans le champ du possible et par là encourager des actions concrètes pour favoriser l’égalité des genres.

Déroulé : 

L’association intervient sur 4 séances de 1h30 pour les primaires, et 2h pour les élèves de secondaire. Les thèmes abordés sont les suivants : 

Séance 1 : stéréotypes et genre                    

Séance 2 : les sources de stéréotype et la répartition espace public / privé 

Séance 3 : harcèlement                    

Séance 4 : histoire et acquisition des droits des femmes

Publics

En 2019-2020, nous avons travaillé avec l’école de la Trillade (Avignon), les collèges Gérard Philipe (Avignon) et Arausio (Orange).
95 élèves ont été concernés.
En raison du confinement, 5 nouveaux parcours seront reportés à la rentrée !

Le Carbonomètre – lycée Aubanel

En complément des enseignements théoriques sur le développement durable et l’environnement, nous avons été sollicités pour intervenir auprès des élèves de Terminale ES, dans le cadre d’un financement INES (Education Nationale). Avec le Carbonomètre, ils ont pu ancrer leurs apprentissages dans des exemples concrets, puis mettre en discussion leurs propres actions et limites. 

  • Sensibiliser les élèves à l’empreinte carbone 
  • Leur faire prendre conscience de notre impact et des conséquences sur notre environnement
  • Leur proposer des alternatives/solutions sur les différentes problématiques

75 Elèves de Terminales ES (Economie et Social) du lycée Aubanel

Les Trans’missions citoyennes

De 2016 à 2019, des Associations d’Éducation Populaire du Vaucluse se réunissent pour proposer des animations qui visent interroger nos préjugés et nos représentations. Les membres du collectif sont :
– Latitudes
– Les Petits Débrouillards
– La Ligue de l’Enseignement
– Léo Lagrange
Le projet continue en 2020 sous une nouvelle formule approfondie, “Tous humains, tous égaux“.

Stéréotypes et préjugés, Laïcité, Mixité – Égalité et Interculturalité sont les thématiques sélectionnées par le collectif.

Ces actions sont menées dans le cadre l’Appel à Projet de la Délégation Interministérielle de Lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine LGBT – DILCRAH.

LE DÉROULÉ :
Chaque structure propose un module d’une heure composé d’un ou plusieurs outils d’éducation populaire.
Les classes tournent entre ces modules, afin d’avoir participé à tout à la fin de la demi-journée !

LE PUBLIC :
Collégien-ne-s, Lycéen-ne-s

LES OUTILS : Le Barnga
Les participant-e-s jouent un jeu de carte simple en petits
groupes. Après avoir bien assimilé leurs règles, les
participant-e-s se déplacent de table en table, sans avoir le droit de parler. Très vite le conflit s’installe. Jouent-ils avec les mêmes règles ?
Cet outil permet d’aborder les questions de codes culturels, notamment informels, et des différentes manières de réagir face à un mode de fonctionnent différent.

QUELQUES TÉMOIGNAGES :
Dans notre classe, on accueille un jeune migrant afghan. Ça a vraiment changé l’ambiance, il nous raconte sa vie d’avant, ça nous impressionne.
Des fois quand je retourne au bled, je comprends pas leurs coutumes puis je m’habitue. Après c’est quand je reviens ici en France que je ne comprends plus.