Quelques exemples d’outils pédagogiques – différent-e-s ensemble

Le Jeu des “Bonjours” : 

Après avoir reçu une carte décrivant une manière de se dire bonjour (ex : Serrer la main en gardant le bras tendu / Embrasser chaleureusement et faire trois bises, etc.), les participant-e-s doivent se saluer, sans révéler le contenu de leur carte. Ce jeu permet de se rendre compte que nos codes culturels et nos coutumes varient, et qu’elles peuvent prêter à des malentendus ou des malaises si on ne prend pas conscience de ces différences.  

Le “Dessinez, c’est gagné” :

Reprenant les principes du pictionnary, ce jeu, où l’on essaie de faire découvrir un mot au reste de son équipe par le dessin, permet de mettre en lumière les stéréotypes que nous avons intégré et que nous utilisons pour nous faire comprendre des autres. 

“Tous humains, Tous égaux” – Dilcrah

Le projet “Tous humains, tous égaux”  est porté par trois associations d’éducation populaire actives sur le Vaucluse : La Ligue de l’Enseignement, les Petits Débrouillards et Latitudes. D’envergure nationale, régionale et locale, ces structures mutualisent leurs ressources et compétences afin de proposer un parcours ambitieux pour lutter contre les discriminations, qui sont nombreuses : orientation sexuelle, couleur de peau, appartenances religieuses et culturelles…

Pour cette année, de nouveaux partenaires seront sollicités pour permettre un approfondissement sur chaque sous-thématique.

  • Comprendre comment se fabriquent les stéréotypes afin de déconstruire les processus qui mènent aux discriminations pour permettre à chacun-e d’appréhender  les enjeux d’un vivre ensemble qui n’écrase pas les différences.
  • À partir de ces enjeux généraux, comprendre leur application et leurs conséquences dans le domaine des appartenances religieuses (antisémitisme), des origines (racisme) et de l’orientation sexuelle et de genre (haine anti-LGBT).
  • Rendre les élèves conscient-e-s et vigilant-e-s sur leurs propres comportements et dans leur entourage ; en faire des ambassadeur-ice-s du vivre ensemble. 
  • Travailler sur un temps long et toute une classe d’âge pour observer les effets sur le long terme au sein de l’établissement et plus largement.

Sur une demi-journée, les classes tournent par ateliers d’une heure entre chaque association. Un temps collectif l’après-midi permet ensuite de mettre en commun les apprentissages.