Les parcours de la transition

Description de l’action

Le projet se propose de fédérer un collectif de structures du territoire vauclusien et gardois déjà engagées dans la transition écologique, notamment par la sensibilisation et l’éducation populaire. Nous souhaitons construire des modules pédagogiques thématiques qui soient déployables auprès d’un large panel de publics.

Chaque parcours, composé de plusieurs ateliers, aboutira à la mise en oeuvre d’une action, pour laquelle le groupe sera décisionnaire, les structures les aidant à construire leur projet.

Intentions pédagogiques  

S’il est urgent d’accélérer la transition écologique, il est essentielle qu’elle soit choisie, et non subie. Dans un processus démocratique, elle doit impliquer tous les acteurs, des individus aux États, en passant par les groupes de paires, les établissements, les entreprises et les collectivités territoriales.

Ce tournant ne pourra se prendre qu’avec une conscience partagée des enjeux et une mise en commun des forces vers l’action. 

Nos parcours pédagogiques revendiquent de prendre le temps du changement, en éprouvant différentes facettes d’une thématique de manière ludique et créative. Ce temps devrait conduire à une action qui soit nourrie d’une réflexion approfondie et d’une réelle co-construction des groupes qui participent aux Parcours de la transition. Nous laissons ici un espace indéterminé afin de laisser une réelle place à la participation, qui sera d’autant plus forte que le choix réel sera laissé aux différents groupes de la suite qu’ils voudront donner à leur parcours.

Objectifs

– Construire un réseau fort et actif de structures environnementales afin d’augmenter la visibilité et les moyens de chacune.

– Créer des modules thématiques ludiques et pertinents, nourris des moyens et ressources pédagogiques créés et recensées par les différentes structures de territoire, qui puissent être applicables dans plusieurs contextes.

– Toucher des publics divers, qui ne sont pas forcément déjà impliqués dans les enjeux environnementaux : scolaires, étudiant-e-s, jeunes des centres sociaux, conseils de quartier, animateur-ice-s…

– Mettre en capacité les participant-e-s pour qu’ils puissent décider d’une action à mettre en place, favorisant ainsi la participation citoyenne.

Type de public

– Classes de primaire et secondaire

– Etudiant-e-s, jeunes issus des quartiers politique de la ville (via les centres sociaux

– Maisons des adolescents, missions locales)

– Conseils municipaux des jeunes, 

– Jeunes pris en charge par la Protection Judiciaire de la Jeunesse,

– Associations et conseils de quartier, entreprises…

Le Carbonomètre – lycée Aubanel

En complément des enseignements théoriques sur le développement durable et l’environnement, nous avons été sollicités pour intervenir auprès des élèves de Terminale ES, dans le cadre d’un financement INES (Education Nationale). Avec le Carbonomètre, ils ont pu ancrer leurs apprentissages dans des exemples concrets, puis mettre en discussion leurs propres actions et limites. 

  • Sensibiliser les élèves à l’empreinte carbone 
  • Leur faire prendre conscience de notre impact et des conséquences sur notre environnement
  • Leur proposer des alternatives/solutions sur les différentes problématiques

75 Elèves de Terminales ES (Economie et Social) du lycée Aubanel

Les Trans’missions citoyennes

De 2016 à 2019, des Associations d’Éducation Populaire du Vaucluse se réunissent pour proposer des animations qui visent interroger nos préjugés et nos représentations. Les membres du collectif sont :
– Latitudes
– Les Petits Débrouillards
– La Ligue de l’Enseignement
– Léo Lagrange
Le projet continue en 2020 sous une nouvelle formule approfondie, “Tous humains, tous égaux“.

Stéréotypes et préjugés, Laïcité, Mixité – Égalité et Interculturalité sont les thématiques sélectionnées par le collectif.

Ces actions sont menées dans le cadre l’Appel à Projet de la Délégation Interministérielle de Lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine LGBT – DILCRAH.

LE DÉROULÉ :
Chaque structure propose un module d’une heure composé d’un ou plusieurs outils d’éducation populaire.
Les classes tournent entre ces modules, afin d’avoir participé à tout à la fin de la demi-journée !

LE PUBLIC :
Collégien-ne-s, Lycéen-ne-s

LES OUTILS : Le Barnga
Les participant-e-s jouent un jeu de carte simple en petits
groupes. Après avoir bien assimilé leurs règles, les
participant-e-s se déplacent de table en table, sans avoir le droit de parler. Très vite le conflit s’installe. Jouent-ils avec les mêmes règles ?
Cet outil permet d’aborder les questions de codes culturels, notamment informels, et des différentes manières de réagir face à un mode de fonctionnent différent.

QUELQUES TÉMOIGNAGES :
Dans notre classe, on accueille un jeune migrant afghan. Ça a vraiment changé l’ambiance, il nous raconte sa vie d’avant, ça nous impressionne.
Des fois quand je retourne au bled, je comprends pas leurs coutumes puis je m’habitue. Après c’est quand je reviens ici en France que je ne comprends plus.